Preuves de l’authenticité de la mission du Prophète ﷺ

علامات_النبوة_قبل_نزول_الوحي

Louange à Allah. Nous Le louons, demandons Son assistance ainsi que Son pardon. Nous cherchons refuge auprès d’Allah contre les méfaits de nos âmes et de nos mauvaises actions. Quiconque Allah guide, nul ne peut l’égarer ; et quiconque Allah laisse dans l’égarement, nul ne peut le guider. J’atteste qu’il n’y a de divinité qui mérite l’adoration qu’Allah, seul, sans associé, et j’atteste que Mouhammad est Son serviteur et son envoyé. Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui, sa famille et ses compagnons, de manière abondante.

Ô serviteurs d’Allah, craignez Allah comme il doit être craint et sachez qu’il observe vos actes commis au grand jour comme dans l’intimité.

Musulmans !

Allah a envoyé les Messagers afin de guider les créatures. Ils ont parachevé la Fitrah[1] au moyen de la lumière de la révélation qui leur fut accordée, ont appelé à l’adoration d’Allah, aux bonnes œuvres et aux nobles comportements. Le besoin de messager est plus grand que celui de manger, boire ou respirer, car il n’y a de chemin vers le bonheur, la félicité et l’obtention de la satisfaction d’Allah que par leur biais.

Allah est Le seul qui se suffit à Lui-même de manière totale, qui a la capacité parfaite et la science qui embrasse tout. Les Messagers – que la paix soit sur eux – sont des hommes qui ne possèdent de ces trois choses que ce qu’Allah leur a donné. Allah dit à Son Prophète (paix et salut sur lui) : {Dis : je ne vous dis pas que je possède les trésors d’Allah ni que je connais l’invisible, et je ne vous dis pas que je suis un ange.} (6 :50) Allah les a privilégiés en leur accordant des signes éclatants de Son pouvoir, de Sa science et de Sa royauté, afin qu’il soit évident pour les serviteurs qu’ils sont des Messagers d’Allah, véridiques dans tout ce qu’ils leur rapportent. Le Prophète (paix et salut sur lui a dit) : « Tout prophète a reçu des signes auxquels les gens croient nécessairement. » (Unanimement reconnu authentique)

C’est ainsi que le Prophète Sâlih – que la paix soit sur lui – vint à son peuple avec une chamelle énorme qu’il fit sortir d’un rocher ; Ibrâhîm fut jeté dans un grand feu qui ne lui fit aucun mal ; Moûssâ produisit neuf signes évidents, il frappa la mer de son bâton et celle-ci se fendit en deux, chaque versant fut comme une immense montagne, il jeta son bâton qui se transforma en un gigantesque serpent. On apprit à Dâwoûd et Soulaymân le langage des oiseaux et on leur accorda tous les types de bienfaits. Le Prophète ‘Îssâ guérissait l’aveugle-né et le lépreux, ressuscitait les mort par la permission d’Allah. Il parla alors qu’il était nourrisson dans le berceau, disculpa sa mère et proclama l’unicité de son Seigneur.

Et parmi les signes de l’authenticité de leur mission figurent leur droiture, leur bon comportement, la victoire et le triomphe qu’Allah leur a accordés, ainsi qu’à ceux qui les ont suivis, la perdition et le châtiment qu’il a fait subir à ceux qui les ont traités de menteurs et se sont éloignés de leur chemin.

Quant à notre Prophète – paix et salut sur lui – Allah lui a accordé des signes plus grands et plus nombreux que ceux que les autres Prophètes ont produits. Chaykh Al-Islam dit à ce propos : « Les miracles du Prophète dépassent le millier. Ses miracles et ses enseignements sont plus notoires et plus explicites encore que les connaissances les plus notoires. Allah dit : {C’est Lui qui a envoyé Son Messager avec une révélation propre à assurer le salut de l’humanité et la religion de vérité afin de la faire triompher de toute autre religion. Allah suffit pour en témoigner.} » (48 :28)

Parmi ces signes, il y a l’annonce de sa venue faite par les Prophètes avant lui. Ibrahim et Ismâ’îl avaient dit : {Seigneur ! Suscite l’un des leurs comme Messager qui leur récitera Tes versets, leur enseignera le Livre et la Sagesse et purifiera leurs âmes.} (2 :129) ‘Îssâ, quant à lui, avait dit : {(…) et annonçant un messager qui viendra après moi dont le nom est Ahmad.} (61 :06) Alors qu’il était encore petit, un ange descendit sur lui, fendit sa poitrine et en fit sortir ce qui relève de la part de Satan.

Bien avant la révélation, Allah le protégea des pratiques et de la souillure de la période de l’ignorance : ses parties intimes ne furent jamais vues, ses mains ne touchèrent point une idole, il ne but jamais d’alcool et ne s’est jamais engagé dans un contrat illicite.

La protection du ciel fut renforcée à son avènement par des bolides par lesquels les démons furent lapidés, dans le but de préserver son message ; les Jinns dirent à ce sujet : {Ayant tenté de nous approcher du ciel, nous l’avons trouvé puissamment protégé par des gardiens et des météores.} (72 :8)

Parmi ces signes, figure ce qui existait durant sa vie et qui demeure jusqu’à nos jours tel que le noble Coran, la science et la foi que détiennent ceux qui l’ont suivi.

Il y a aussi ce dont il a informé à travers la révélation d’Allah au sujet de nombreux événements passés et futurs, relevant de l’invisible, des informations détaillées dont on ne peut avoir connaissance que par le biais d’Allah. Allah dit à ce sujet : {Ce sont là des événements jusque-là inconnus de toi et de ton peuple que Nous te révélons.} (11 :49)

Parmi les événements passés, il nous informa de l’histoire d’Âdam et la prosternation des anges pour lui, d’Iblîs et son orgueil, nous fit des détails extraordinaires sur les récits des prophètes, des divergences qui survinrent dans les peuples qui nous ont précédés, sur le récit des gens de la caverne et celui des gens de l’éléphant.

Allah lança aux créatures le défi d’apporter une sourate semblable au Coran ; Il les informa qu’ils ne pourraient le faire jusqu’au Jour de la Résurrection, et personne ne le put. Il dit au sujet des infidèles – alors qu’il était opprimé à la Mecque : {Leur unité sera pourtant brisée et ils seront contraints à tourner le dos.} (54 :45) et cette prophétie se réalisa de longues années après ; avant la bataille de Badr, il indiqua aux musulmans les différents endroits où seront tués les dignitaires Qouraychites. Il dit : « Ici, tombera un tel ». Anas (qu’Allah soit satisfait de lui) dit : « Le Prophète posait sa main par terre ici et là, et tous tombèrent à l’endroit indiqué par le Messager d’Allah. » (Rapporté par Mouslim)

Il sortit pour une expédition à Khaybar ; il proclama la grandeur d’Allah et dit : « Khaybar est tombée » et Allah lui permit sa conquête. (Unanimement reconnu authentique)

Il envoya ses compagnons à Mou-ta pour combattre les Byzantins et annonça qui parmi eux était tombé en martyr avant que l’information ne parvienne à Médine. (Rapporté par Al-Boukhârî)

Il annonça la victoire des Perses contre les Byzantins durant sa vie. Et lorsque le messager de l’empereur perse lui vint avec la lettre de celui-ci, il lui dit : « Mon seigneur a tué ton maitre cette nuit. » (Rapporté par Ahmad)

Alors qu’il était en chemin pour Taboûk, il dit : « Un vent violent va souffler sur vous cette nuit. Que nul d’entre vous ne quitte sa place. » (Unanimement reconnu authentique)

Il annonça l’approche de sa mort et de son départ vers la suprême compagnie. Il s’assit sur le minbar et dit : « Allah a laissé le choix à l’un de Ses serviteurs entre ce monde et ce qui se trouve auprès de Lui, et celui-ci a choisi ce qui se trouve auprès d’Allah. » Aboû Bakr fondit en larmes et dit : « Que nos pères et nos mères te servent de rançon. » (Unanimement reconnu authentique) Il ne vécut que quelques jours après cela, puis mourut.

Il annonça aussi que personne parmi ses compagnons ne serait en vie cent ans après sa mort. Tout cela fut comme il l’avait annoncé (que la paix et le salut soient sur lui).

Il annonça la conquête de Jérusalem qui sera suivie d’une épidémie de peste qui décimerait les musulmans ; et qu’ensuite, la richesse serait si abondante que personne n’accepterait d’en recevoir. Cela se réalisa : durant le califat de ‘Oumar, Jérusalem fut conquise et la peste sévit dans la région du Cham ; la richesse fut abondante durant le califat de ‘Outhmân Ibn ‘Affân à tel point que celui qui recevait cent dinars trouvait ce don trop mesquin.

Il annonça de même que de grandes villes seraient conquises et que les gens de Médine s’y dirigeraient à la recherche du confort et de l’aisance. Il dit à ce sujet : « Médine est meilleure pour eux, s’ils savaient. » (Unanimement reconnu authentique)

Il annonça la mort des empereurs perse et byzantin et que leurs trésors seraient dépensés dans le sentier d’Allah, et que les richesses de ce monde seraient offertes à sa nation qui se les disputeraient à l’instar de ceux qui les ont précédés. Et que sa nation imiterait en tout point les nations qui l’ont précédée. (Unanimement reconnu authentique)

Il exposa les signes avant-coureurs de l’heure : la rareté du savoir, l’augmentation de l’ignorance, l’apparition des troubles, les massacres, la rivalité des gens dans la construction des édifices. Il se tint un jour debout parmi ses compagnons et les informa de tout ce qui aurait lieu jusqu’au jour dernier. Houdhayfah rapporte : « Le Prophète s’est levé devant nous un jour et il ne laissa aucune chose qui aurait lieu jusqu’au jour dernier sans l’évoquer ; certains l’ont retenu, d’autres l’ont oublié. » (Unanimement reconnu authentique)

Il leur parla de ce qu’il vit au ciel. Allah le fit voyager de nuit corps et âme, de la Mecque à Jérusalem, le fit monter au ciel jusqu’à la Sidratou-l-Mountahâ ; il revint ensuite la même nuit à la Mecque. Il les informa de ce qu’il avait vu du Paradis et de l’Enfer, de leurs habitants, de la Sidratou-l-Mountahâ, et de ce qu’il entendit du bruit des calames qui écrivent ce qui doit arriver.

Allah l’a assisté de signes visibles : Allah fendit la lune en deux pour lui, miracle visible par les gens de la Mecque et d’autres contrées.

Ses miracles touchèrent également les hommes : lors du sermon d’adieu, Allah lui permit de se faire entendre de la foule de pèlerins, alors qu’ils étaient plus de cent mille. (Rapporté par Aboû Dawoûd)

Il invoqua Allah en faveur d’Anas afin qu’il ait beaucoup d’argent et d’enfants. Et de fait, celui-ci enterra plus de cent vingt membres de sa descendance. (Unanimement reconnu authentique)

Il invoqua Allah en faveur d’Aboû Hourayrah et de sa mère afin qu’ils soient aimés des croyants. Aboû Hourayrah dit : « Il n’est pas de croyant qui me voit ou entend seulement parler de moi sans éprouver de l’amour pour moi. » (Rapporté par Mouslim)

Il pria pour ‘Ourwa Al-Bâriqî pour qu’il y ait de la bénédiction dans son commerce ; si bien qu’il aurait pu gagner de l’argent en vendant de la terre. (Rapporté par Al-Boukhârî)

Lorsque le pied de ‘Abdoullah Ibn ‘Atîq fut fracturé, il passa sa main par-dessus et celui-ci se rétablit. (Rapporté par Al-Boukhârî) Il crachota dans les yeux de ‘Alî qui souffrait de conjonctivite, il en guérit comme s’il n’en avait jamais souffert. (Unanimement reconnu authentique)

Il produisit également des signes témoignant de l’authenticité de sa mission avec les bêtes. Un jour, il entra dans le jardin d’un homme parmi les Ansars. Un chameau qui s’y trouvait se mit à pleurer lorsqu’il le vit ; le Messager d’Allah caressa l’animal qui s’apaisa. Il dit au propriétaire du chameau : « Ne crains-tu pas Allah dans la manière de traiter cette bête qu’Il t’a accordée ? Ce chameau se plaint que tu l’affames et que tu l’exténues. » (Rapporté par Aboû Dâwoûd).

‘Âichah rapporte : « La famille du messager d’Allah avait une bête sauvage ; lorsque le Prophète s’absentait de la maison, elle jouait, poussait des cris, allait ici et là. Et lorsqu’elle sentait que le Prophète était rentré, elle se tranquillisait et n’émettait plus de son, de peur de lui nuire. (Rapporté par Ahmad).

Parmi ses miracles, la multiplication de la nourriture et des boissons. À Al-Houdaybiyyah, il était avec mille cinq cents de ses compagnons. Jâbir rapporte : « Le Prophète mit sa main dans un petit récipient, l’eau se mit à jaillir entre ses doigts comme d’une source vive. Nous avons pu boire et faire nos ablutions. On demanda à Jâbir : « Combien étiez-vous ? » Il dit : « Même si nous avions été cent mille, elle nous aurait suffi. Nous étions mille cinq cents. » (Rapporté par Al-Boukhârî)

Lors de l’expédition de Dhât Ar-Riqâ’, il rassembla une petite quantité d’eau dans un plat, toute la troupe remplit les récipients à partir de celui-ci.

Lors de l’expédition de Khaybar, la quantité de nourriture n’était pas suffisante ; il leur ordonna de rassembler ce qu’ils avaient comme nourriture qu’il bénit et ils mangèrent à satiété. Ils étaient mille cinq cents.

A Taboûk, il y avait près de trente mille combattants musulmans en manque d’eau. Il fit ses ablutions dans l’une de ses sources et celle-ci se mit à jaillir si bien que tous purent s’abreuver. (Rapporté par Mouslim)

Samoura Ibn Joundoub dit : « Nous étions avec le Messager d’Allah et on mangeait dans un plat à tour de rôle du matin jusqu’au soir. Dix personnes cédaient la place à dix autres. » Nous demandâmes à Samoura : « D’où venait sa nourriture ? » Il dit : « De quoi t’étonnes-tu ? Elle ne venait que de là. Et il pointa la main vers le ciel. » (Rapporté par At-Tirmidhi)

Allah lui assujettit les arbres et les pierres comme signe de l’authenticité de sa mission : il campa un jour dans une vallée avec ses compagnons, il prit alors deux arbres qui se soumirent à ses ordres et se refermèrent sur lui. (Rapporté par Mouslim)

Les Jinns se rassemblèrent également sur lui, écoutant sa lecture du Coran, quand il était encore à la Mecque. Un arbre qui était à ses côtés l’informa de leur présence. (Unanimement reconnu authentique)

Il avait l’habitude de prononcer ses sermons appuyé sur un tronc de dattier, et on lui fabriqua ensuite un minbar. Lorsqu’il prit place sur celui-ci pour prononcer son sermon, le tronc gémit et pleura comme un enfant. Il en fut ainsi jusqu’à ce qu’il y posa la main, et celui-ci se tut. (Rapporté par Al-Boukhârî)

Il dit : « Certes, je connais une pierre à la Mecque qui avait l’habitude de me saluer, avant que je ne sois envoyé (comme messager). Je la reconnais jusqu’à maintenant. » (Rapporté par Mouslim)

Il monta, un jour, sur le mont Ouhoud avec un groupe de ses compagnons. La montagne fut alors secouée sous leurs pieds ; il la frappa et dit : « Tranquillise-toi Ouhoud » ; et elle se tranquillisa. (Rapporté par Al-Boukhârî)

Signe de l’authenticité de sa mission, Allah lui envoya en renfort ses anges comme à aucun prophète avant lui. À la Mecque, l’ange chargé des montagnes lui demanda permission de détruire les infidèles qui s’y trouvaient en mettant sur eux deux montagnes, l’une sur l’autre, mais il demanda un répit pour eux.

Concernant l’hégire, Allah dit : {Il dit à son compagnon dans la grotte où les deux hommes avaient trouvé refuge : « Ne t’afflige pas, Allah est avec nous ! » Allah fit alors descendre quiétude et sérénité sur Son Messager et l’assista d’armées invisibles.} (9 :40)

Lors de la bataille de Badr, les meilleurs anges combattirent avec lui. À Ouhoud, on l’aperçut entre Jibrîl et Mikâîl qui combattaient intensément pour lui (Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim). Jibrîl quitta Khandaq en sa compagnie pour se diriger vers la tribu de Banî Qourayza (Rapporté par Al-Boukhari)

Autre signe de l’authenticité de sa mission : la protection qu’Allah lui a accordée contre ses ennemis ; Il dit à ce sujet : {Allah te protège contre les gens.} (5 :67) ; et ceux-ci ne purent rien contre lui jusqu’à la victoire de sa religion malgré leur grand nombre et leur force.

Des juifs lui jetèrent un sortilège, mais Allah l’en informa et lui indiqua le lieu où le sort avait été jeté, la rendant vaine ; on lui mit du poison dans la chaire d’un mouton, mais Allah le mit au courant.

Autre signe de l’authenticité de sa mission : son noble comportement et sa conduite parfaite. Malgré le triomphe de sa cause, l’obéissance des créatures à ses ordres et la préférence qu’elles ont pour lui au détriment des richesses et des autres personnes, il est décédé n’ayant laissé ni or, ni argent, en héritage, ni mouton ni chameau, sauf sa mule, ses armes et sa cuirasse qu’il laissa en gage chez un juif contre trois mesures d’orge pour sa famille.

Musulmans !

Quiconque médite la vie du prophète, de sa naissance à sa mort, saura qu’il est véritablement le Messager d’Allah ; il a prononcé des paroles à nulle autre pareilles. À chaque instant, il ordonnait à sa nation de vouer un culte exclusif à Allah, leur indiquait le bien, leur interdisait le mal ; et Allah lui accorda les signes les plus étonnants.

Il a apporté la religion la plus parfaite et réuni toutes les bonnes choses des nations antérieures, sa nation devenant ainsi la meilleure dans tous les actes méritoires. Ces mérites, elle les a obtenus grâce à lui et c’est de lui qu’elle les a appris. C’est lui qui les leur a ordonnés, et ils sont devenus par conséquent les plus instruits des gens de la terre, les plus enclins à l’adoration, les plus justes et les meilleurs.

Je recherche refuge auprès d’Allah contre Satan le banni :

{Dis : « Je ne suis qu’un homme comme vous auquel il est révélé que votre Dieu est un dieu unique. Que celui donc qui espère rencontrer son Seigneur accomplisse de bonnes œuvres et n’associe nulle divinité au culte de son Seigneur. »} (18 :110)

Qu’Allah nous accorde sa bénédiction à travers le glorieux Coran.

Deuxième sermon

Louange à Allah, à Lui les remerciements pour Ses bienfaits et Ses faveurs.

J’atteste qu’il n’y a de divinité qui mérite l’adoration qu’Allah, seul sans associé, magnifiant ainsi Sa grandeur ; j’atteste que notre prophète Mouhammad est son serviteur et son envoyé. Que le salut et la paix d’Allah soient sur lui, sa famille et ses compagnons.

Musulmans !

Méditer les miracles de notre Prophète Mouhammad (paix et salut d’Allah sur lui) ainsi que les preuves de l’authenticité de sa mission permet de fortifier la foi. Celui qui médite ses immenses qualités et sa législation pure s’élèvera. Et nous ne pouvons connaître Allah que par le biais du Messager (paix et salut sur lui).

Que celui qui désire être convaincu de l’authenticité de sa mission se tourne vers le glorieux Coran.

Le besoin qu’ont les créatures de croire au Messager (paix et salut d’Allah sur lui) étant plus grand que tout autre, Allah a multiplié les preuves qui permettent de connaître la sincérité des Prophètes et les a rendues claires et évidentes de sorte que seul celui qui s’entête peut s’en détourner, et seul l’orgueilleux peut en douter. Tout le bien se trouve dans la foi en la mission du Prophète et dans son obéissance.

Enfin, sachez qu’Allah vous a ordonné d’adresser votre salut et votre prière à Son Prophète…

[1]  Le terme Fitra désigne la prime nature dont Allah a doté les hommes et qui les prédisposent à n’adorer qu’Allah seul.

Chaykh ‘Abd Al-Mouhsin Ibn Mouhammad Al-Qâsim

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s