La voie du Prophète sur la façon de se comporter avec les enfants et les jeunes

1859649250انما-بعثت-835x321

Toutes les louanges appartiennent à Allah, nous Le louons, Lui demandons Son aide, et Son pardon.

Nous cherchons refuge auprès d’Allah contre le mal qui est en nous-mêmes et contre celui de nos mauvaises actions.

Celui qu’Allah guide nul ne peut l’égarer, quant à celui qu’Il égare nul ne peut le guider.

J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, L’Unique, Celui qui n’a aucun associé. Et j’atteste que Mouhammad est le serviteur d’Allah et Son messager.

Que la prière d’Allah soit sur lui, sa famille et ses compagnons, ainsi que Ses nombreux saluts.

Ceci dit :

Serviteurs d’Allah ! Craignez Allah d’une crainte véritable, que ce soit en secret ou en apparence.

Ô musulmans : 

Allah le Très Haut a fait de la vie [de l’homme] un état de force entre deux états de faiblesses. Cet état de force est le pilier [de la communauté] dans cette vie mondaine et les fruits que l’on récolte dans l’Au-delà [si cela a été correctement utilisé]. L’âge des jeunes est donc l’état de force après celui de la faiblesse. Durant celui-ci, la détermination flamboie et les inspirations sont hautes. Tout au long des époques, les jeunes ont été d’un grand profit.

Le peuple d’Ibrâhîm عليه السلام dit à son propos : {Certains dirent : « Nous avons entendu un jeune homme, du nom d’Ibrâhîm, en dire du mal.} [S.21, v.60].

Allah dit concertant Yahyâ عليه السلام : {Nous lui avons donné la sagesse dès l’enfance.} [S.19, v.12].

Ibn Kathîr رحمه الله a dit en commentaire : « C’est-à-dire qu’on lui a donné la compréhension, la science, le sérieux, la détermination, l’accomplissement du bien et l’attention qu’il lui consacre ainsi que les efforts qu’il fournit dans sa cause, alors qu’il était un enfant. »

Allah dit concernant les gens de la caverne : {Il s’agissait de jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur et que Nous avons alors guidés plus encore.} [S.18, v.13].

Ibn Kathîr رحمه الله a dit : « Allah le Très Haut évoqua le fait qu’ils étaient jeunes, qu’ils étaient plus susceptibles de suivre la vérité et d’être plus guidés sur la voie droite que les personnes âgées. C’est pourquoi la majeure partie de ceux qui ont répondu à l’appel d’Allah et Son Messager étaient des jeunes. »

Parmi les sept personnes qu’Allah couvrira de Son ombre le Jour de la Résurrection : « Un jeune qui a grandi dans l’obéissance d’Allah. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Le comportement de notre Prophète ﷺ envers les jeunes Compagnons est le plus grandiose. Il était humble envers eux, il s’asseyait avec eux, les visitait, leur enseignait et contribuait à élever leurs déterminations. C’est ainsi que sortit d’eux la meilleure génération.

Parmi son humilité ﷺ, « quand il passait devant des enfants, il les saluait. » (Rapporté par Mouslim).

Ibn Battâl رحمه الله a dit : « Saluer les enfants faisait partie de son comportement éminent, de ses nobles caractères et de son humilité. »

Le Prophète se sentait extrêmement concerné par leur enseignement. Joundoub Ibn ‘Abd Allah رضي الله عنه a dit : « Nous étions avec le Prophète ﷺ quand nous étions jeunes – proches de la puberté –. Nous apprenions d’abord la foi avant d’apprendre le Coran, puis nous apprenions le Coran et cela fit augmenter notre foi. » (Rapporté par Ibn Mâjah).

Il veillait à leur inculquer la croyance. Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما a dit : « Un jour, j’étais derrière le Prophète ﷺ et il s’adressa à moi : « Ô mon enfant ! Je vais t’enseigner certaines paroles : préserve Allah, Il te préservera. Préserve Allah et tu Le trouveras avec toi. Si tu veux demander quelque chose, demande à Allah. Et si tu veux demander de l’aide, alors demande à Allah. » (Rapporté par At-Tirmidhî).

Pendant leur enseignement, il faisait preuve de bienveillance de diverses façons.

Parfois, il les prenait par leurs mains. Mou’âdh رضي الله عنه dit à ce propos : « Une fois, le Messager d’Allah ﷺ me prit par la main et me dit : “Je t’aime.” Mou’âdh lui répondit : “Et moi, par Allah, je t’aime aussi.” Le Prophète lui demanda : “Ne t’enseignerais-je pas des paroles que tu diras après chaque prière ?” “Oui”, répondit-il. Il dit alors : “Dis : Ô Allah ! Aide-moi à T’évoquer, Te remercier et à T’adorer d’une belle façon.” » (Rapporté par Al-Boukhârî dans « Al-Adab Al-Moufrad »). Parfois, il plaçait leurs mains entre les siennes. Ibn Mas’oûd رضي الله عنه a dit : « Le Messager d’Allah ﷺ m’a appris les salutations finales (At-Tachahhoud) – alors qu’il tenait ma main entre les siennes – de la même manière qu’il m’apprenait une sourate du Coran. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Parfois, il les tenait par l’épaule. ‘Abd Allah Ibn ‘Oumar رضي الله عنهما a dit : « Le Messager d’Allah ﷺ me prit par l’épaule et me dit : « Considère-toi dans cette vie mondaine comme un étranger ou un voyageur. » (Rapporté par Al-Boukhârî).

C’est pour sa douceur ﷺ dans la façon d’enseigner que les enfants venaient à lui et lui demandaient qu’il leur apprenne. Ibn Mas’oûd رضي الله عنه raconte : « J’ai demandé au Messager d’Allah qu’il m’enseigne le Coran. Il me caressa la tête de sa main et me dit : “Tu es un jeune garçon plein de savoir.” » (Rapporté par Ahmad).

Il patientait dans leur enseignement. Jâbir رضي الله عنه rapporte : « Le Messager d’Allah ﷺ nous enseignait la prière de consultation (Al-Istikhârah) dans tous les domaines, de la même manière qu’il nous enseignait une sourate du Coran. » (Rapporté par Al-Boukhârî).

Parmi les preuves de l’affection qu’il leur témoignait, le fait qu’il avait pour habitude de les placer derrière lui quand il grimpait sa monture en présence des Compagnons les plus grands. Il plaça derrière lui Ousâmah رضي الله عنه de ‘Arafah jusqu’à Mouzdalifah, puis il plaça derrière lui Al-Fadl Ibn Al-‘Abbâs de Mouzdalifah jusqu’à Minâ. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il les incitait à l’adoration. Il dit à ‘Abd Allah Ibn ‘Oumar رضي الله عنهما – qui était alors un jeune garçon – : « “Quel excellent homme que ‘Abd Allah Ibn ‘Oumar s’il priait la nuit.” Après cela, ‘Abd Allah Ibn ‘Oumar ne dormait que peu la nuit. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il les orientait avec les plus belles paroles. Il s’adressa à Khouraym Al-Asadî رضي الله عنه : « “Quel excellent homme tu serais ô Khouraym si tu ne possédais pas deux caractéristiques.” “Quelles sont-elles ô Messager d’Allah ?” lui demandai-je. Il me répondit : “Ton pagne qui est en dessous de tes chevilles et tes cheveux desserrés.” » (Rapporté par Ahmad).

Il se préoccupait d’eux et s’enquérait de leurs familles. Mâlik Ibn Al-Houwayrith رضي الله عنه a dit : « Nous partîmes voir le Prophète ﷺ alors que nous étions jeunes, à peu près du même âge, et nous passâmes vingt nuits auprès de lui. Il pensa que notre famille devait nous manquer et nous questionna au sujet de ceux que nous avions laissés derrière nous. Nous l’en informâmes – c’était quelqu’un de doux et de miséricordieux –. C’est alors qu’il nous dit : « Retournez auprès de vos familles, enseignez-leur, ordonnez-leur [le convenable], et prier comme vous m’avez vu prier. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Le Prophète ﷺ, qui est un grand homme, plaisantait avec les enfants. Mahmoûd Ibn Ar-Rabî’ رضي الله عنه a dit : « Je me rappelle que le Prophète ﷺ avait mis de l’eau dans sa bouche et m’avait arrosé le visage pour plaisanter alors que je n’avais que cinq ans. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim). Il les questionnait même sur l’état de leurs oiseaux, et il donnait aux enfants des surnoms par bienveillance à leur égard. Anas رضي الله عنه a dit : « Le Prophète ﷺ se mélangeait avec nous jusqu’à ce qu’il demande à mon petit frère : “Ô Abâ ‘Oumayr ! Qu’a donc fait An-Noughayr – nom d’un petit oiseau – ?” » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim). Ibn Battâl رحمه الله a dit : « Le Prophète ﷺ plaisantait avec les enfants et jouait avec eux afin d’être pris en exemple. Plaisanter avec les enfants procure de l’humilité et repousse l’orgueil. » 

Il les prenait par la main jusqu’à chez lui afin de leur donner à manger. Jâbir Ibn ‘Abd Allah رضي الله عنه a dit : « Un jour, le Messager d’Allah ﷺ me prit par la main jusqu’à chez lui où il me donna un morceau de pain. » (Rapporté par Mouslim).

Quand ils entraient chez lui, il leur permettait d’écouter ce qui se disait dans son foyer. Ibn Mas’oûd رضي الله عنه a dit : « Le Messager d’Allah ﷺ m’a dit : “Le signe que tu es autorisé à entrer est que le rideau soit levé – c’est-à-dire que si tu vois le rideau de la porte levé alors entre sans demander la permission – et que tu m’entendes parler doucement, sauf si je t’interdis d’entrer.” » (Rapporté par Mouslim).

Il mangeait avec eux et leur enseignait le comportement à observer lorsque l’on mange. ‘Oumar Ibn Abî Salamah رضي الله عنهما rapporte : « J’étais sous la tutelle du Messager d’Allah ﷺ et ma main se promenait un peu partout dans le plat. Il me dit : “Ô mon enfant ! Prononce le nom d’Allah, mange avec ta main droite, et mange ce qu’il y a devant toi.” » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il répondait à l’appel des jeunes Compagnons. ‘Abd Allah Ibn Bousr Al-Mâzinî رضي الله عنهما a dit : « Mon père m’envoya auprès du Messager d’Allah ﷺ afin de l’inviter à manger. Il vint avec moi. Puis quand je me rapprochais de la maison, je pressai le pas afin d’avertir mes parents. Tous deux sortirent et accueillirent le Messager d’Allah ﷺ et lui souhaitèrent la bienvenue. » (Rapporté par Ahmad).

Quand l’un de ses jeunes Compagnons tombait malade, il le visitait. Zayd Ibn Arqam رضي الله عنه a dit : « Quand je fus touché d’une conjonctivite, le Prophète ﷺ me visita. »

Il ﷺ guettait les aptitudes de chacun afin de les orienter vers ce qui sera profitable pour eux et la communauté. Quand le Prophète ﷺ arriva à Médine, il remarqua que Zayd Ibn Thâbit رضي الله عنه, qui avait moins de quinze ans, savait bien écrire. C’est ainsi qu’il fit de lui l’un des scribes de la révélation. Il vit en lui des signes d’intelligence, il lui demanda également d’apprendre l’hébreux afin de lui traduire ce qu’on lui écrivait dans cette langue. Zayd رضي الله عنه raconte : « J’ai appris pour le Messager leur langue, il ne s’est pas passé quinze nuits sans que je ne la maitrise. Je lisais au Prophète ﷺ leurs lettres et je leur répondais en son nom. » (Rapporté par Ahmad).

Il incitait à ce que l’on apprenne le Livre d’Allah de ses jeunes Compagnons. Il disait : « Apprenez le Coran de quatre personnes : Ibn Oumm ‘Abd – C’est-à-dire Ibn Mas’oûd –, Mou’âdh Ibn Jabal, Oubay Ibn Ka’b et Sâlim, l’affranchi d’Aboû Houdhayfah. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il leur faisait des éloges et montrait le rang qu’ils avaient. Il entendit la lecture de Sâlim, l’affranchi d’Aboû Houdhayfah رضي الله عنه, qui était un jeune enfant qui lisait le Coran avec une belle voix, puis il s’exclama : « Toute la louange revient à Allah qui a placé dans ma communauté une telle personne ! » (Rapporté par Ibn Mâjah).

Il remarqua que Mou’âdh رضي الله عنه était doté d’une bonne compréhension, il dit le concernant : « Celui qui connaît le plus les règles du licite et de l’illicite est Mou’âdh Ibn Jabal. » (Rapporté Ahmad).

Il montrait son affection envers ses jeunes Compagnons, il leur exprimait cela afin de leur montrer, ainsi qu’aux autres, le rang qu’ils avaient auprès de Lui. Il dit concernant Zayd Ibn Hârithah رضي الله عنه : « C’était l’une des personnes que j’aimais le plus. Quant à lui – le fils de Zayd, Ousâmah – c’est l’une des personnes que j’aime le plus après Zayd. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim). Et quand il vit arriver les enfants des Ansârs et de leurs épouses, il s’exclamait : « Par Allah, vous êtes les personnes que j’aime le plus. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il invoquait Allah pour qu’Il accorde aux jeunes Compagnons le meilleur d’ici-bas et de l’Au-delà, et ce par amour et générosité à leur égard. Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما a dit : « Le Prophète ﷺ me serra contre lui et invoqua. « Ô Allah, enseigne-lui la compréhension du Coran. » (Rapporté par Al-Boukhârî). Il invoqua aussi pour Anas رضي الله عنه : « Ô Allah ! Multiplie et bénie ses biens et sa descendance. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il leur confiait des secrets qu’il ne confiait à personne d’autre de par la confiance qu’il avait en eux. Anas رضي الله عنه raconte : « Le Prophète ﷺ me confia un secret dont je n’ai informé personne par la suite. Oumm Soulaym – la mère d’Anas – me questionna sur celui-ci mais je ne lui ai rien dit. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il leur confiait des affaires importantes. Il confia l’autorité de La Mecque à ‘Attâb Ibn Asîd رضي الله عنه qui organisa le pèlerinage et l’accomplit avec les musulmans la huitième année de l’Hégire, alors qu’il avait moins de vingt ans.

Ceux qui ont le plus rapporté de hadith du Prophète ﷺ après Aboû Hourayrah رضي الله عنه sont cinq jeunes Compagnons : Anas, Jâbir, Ibn ‘Abbâs, Ibn ‘Oumar et ‘Âichah رضي الله عنهم, tous étaient de jeunes Compagnons.

Il consultait les plus jeunes Compagnons dans des affaires importantes qui le concernait. Ainsi, lors de la calomnie [proférée contre ‘Âichah] et que la Révélation tardait à venir, il demanda à voir ‘Alî Ibn Abî Tâlib et Ousâmah Ibn Zayd رضي الله عنهما afin de les consulter. (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Lors de ses assises ﷺ, il faisait preuve d’estime et de haute considération à leur égard malgré la présence de Compagnons plus âgés : « On emmena au Prophète ﷺ une boisson qu’il but. À sa droite, il y avait un enfant, et à sa gauche des hommes âgés. Il demanda à l’enfant : “Me permets-tu de la leur donner avant toi ?” L’enfant répondit : “Non, par Allah ! Je veux que personne ne prenne ma part de ta bénédiction.” Le Prophète ﷺ la lui remit alors dans sa main. » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Il ﷺ prenait la chose à cœur quand une calamité touchait les enfants et les jeunes. Anas Ibn Mâlik رضي الله عنه raconte : « Il y avait soixante-dix jeunes parmi les Ansârs que l’on appelait « Les grands lecteurs » et qui étaient souvent à la Mosquée. Le Prophète ﷺ les envoya tous [pour enseigner le Coran], mais ils furent tués le jour de Bi-r Ma’oûnah. Le Prophète ﷺ invoqua contre leurs assassins quinze jours durant, pendant la prière de l’aube. » (Rapporté par Ahmad, et l’origine de ce hadith se trouve dans le recueil des « deux authentiques »).

La majeure partie des premiers qui se sont convertis et qui ont secouru le Prophète ﷺ étaient âgés de huit à treize ans, à l’instar de ‘Alî, Talhah et Az-Zoubayr رضي الله عنهم.

Quand les qouraychites voulurent expulser le Prophète ﷺ de La Mecque, les Ansârs tout droit venus de Médine, dont la moitié étaient jeunes, le rejoignirent et lui prêtèrent serment d’allégeance à Al-‘Aqabah à deux reprises.

Il ﷺ envoya à Médine un jeune – peu de temps avant son émigration – pour enseigner aux médinois le Coran et la compréhension de la religion, il s’agissait de Mous’ab Ibn ‘Oumayr رضي الله عنه. [Quand il arriva à Médine,] ce dernier fit halte chez un jeune homme comme lui, As’ad Ibn Zourârah, qui l’hébergea.

Quand le Prophète ﷺ se décida à émigrer, il ordonna à ‘Alî Ibn Abî Tâlib رضي الله عنه, alors qu’il était jeune, de ne pas prendre part à l’émigration afin qu’il puisse rendre au nom du Messager d’Allah ﷺ les dépôts qu’il devait aux gens.

Sur le chemin de son émigration ﷺ, les enfants et les jeunes lui prêtèrent assistance. Alors qu’il était caché dans la grotte avec son compagnon, ‘Abd Allah Ibn Abî Bakr رضي الله عنهما venait à lui en lui rapportant les informations des mecquois. ‘Âichah رضي الله عنها a dit : « C’était un jeune garçon, intelligent et vif d’esprit. » (Rapporté par Al-Boukhârî). Asmâ رضي الله عنها, qui était aussi une jeune fille, leur apportait de la nourriture et de la boisson.

Quand le Prophète ﷺ arriva à Médine, les enfants l’accueillirent avec joie. Al-Barrâ رضي الله عنه raconte : « Les enfants et les domestiques se dispersèrent sur différents chemins et appelèrent : “Ô Mouhammad, ô Messager d’Allah ! Ô Mouhammad, ô Messager d’Allah !” » (Rapporté par Mouslim).

Quand il ﷺ fut installé à Médine, ses Compagnons émigrèrent de La Mecque jusqu’à Médine, ils étaient jeunes. Anas رضي الله عنه a dit : « Le Prophète ﷺ arriva à Médine, et personne parmi ses compagnons n’avait de cheveux blancs hormis Aboû Bakr. » (Rapporté par Al-Boukhârî).

Lors de la bataille de Badr, le Prophète ﷺ recommanda à ses Compagnons le combat. Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما a dit : « Les jeunes se ruèrent vers lui. » (Rapporté par Ibn Hibbân).

Et le jour de Hounayn, les plus jeunes Compagnons sortirent sans armes.

Avant sa mort ﷺ, il prépara une immense armée pour combattre les byzantins dans le Châm. Il plaça à sa tête Ousâmah Ibn Zayd رضي الله عنه alors qu’il n’avait que dix-sept ans.

C’est à cause de la façon unique dont le Prophète ﷺ se comportait avec les enfants qu’ils l’aimaient profondément. Quand il revenait de voyage, ils sortaient de Médine pour l’accueillirent. As-Sâib رضي الله عنه a dit : « Je suis sortis avec d’autres enfants pour accueillir le Prophète ﷺ à la colline dite « d’adieu » lorsqu’il revenait de l’expédition de Taboûk. » (Rapporté par Al-Boukhârî).

Ils dormaient chez le Prophète ﷺ. Rabî’ah Ibn Ka’b Al-Aslamî رضي الله عنه raconte : « J’avais passé la nuit chez le Messager d’Allah ﷺ. Au matin, je lui apportai l’eau de ses ablutions et ce dont il avait besoin. Il me dit : “Demande-moi ce que tu veux.” Je répondis : “Je demande ta compagnie au Paradis.” » (Rapporté par Mouslim).

Quand ils dormaient dans sa demeure, l’un d’eux posait sa tête contre celle du Prophète ﷺ sur son coussin. « Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما passa la nuit chez sa tante maternelle Maymoûnah, la mère des croyants. Il dit : “Je m’allongeai sur la largeur du coussin, et le Prophète ﷺ et son épouse s’allongèrent sur sa longueur.” » (Consensus d’Al-Boukhârî et Mouslim).

Ceci dit, ô musulmans :

Plus les comportements des grands s’élèvent, plus ils font preuve de modestie envers les enfants. L’enfant aime par nature celui qui se rapproche de lui et lui enseigne, et sa capacité à mémoriser et comprendre peut parfois dépasser celle des adultes. La religion de l’Islam est en conformité avec la saine nature des enfants. Ils aiment l’Islam, ses règles de bienséances et ses législations. La voie du Prophète ﷺ est de les éduquer sur cela. Quant au fait de les mépriser et de se détourner d’eux, cela ne fait pas partie du comportement des gens sensés.

Je cherche refuge auprès d’Allah contre Satan le lapidé

{Vous avez en la personne du Messager d’Allah un excellent modèle, pour quiconque espère en Allah et au Jour Dernier et mentionne Allah fréquemment.} [S.33, v.21].

Qu’Allah me bénisse et vous bénisse à travers le glorieux Coran …

2ème sermon :

Toute la louange revient à Allah pour Sa bienfaisance. Nous Le remercions pour la réussite et les bienfaits qu’Il nous accorde.

J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, Seul, sans associé, en Le glorifiant. Et j’atteste que notre Prophète Mouhammad est Son serviteur et Messager.

Que la prière d’Allah soit sur lui, sa famille et ses compagnons, ainsi que Ses nombreux saluts.

Ô musulmans :

La guidée et la voie du Messager d’Allah ﷺ sont les plus complètes. La manière qu’il avait de traiter les autres est la plus distinguée. Aujourd’hui, les jeunes sont l’espoir de la communauté et son pilier. Celui qui veut le bien pour les jeunes, alors qu’il s’attache à la voie du Prophète ﷺ sur la façon dont il se comportait avec eux. L’attention qu’il accordait à ses compagnons, enfants et jeunes, a fait qu’ils devinrent des références dans la science et la communauté put profiter d’eux. Et parmi la réussite qu’Allah accorde aux jeunes le fait qu’Il leur donne un savant qui leur enseigne leur religion et les éduque à travers les comportements des Prophètes عليهم السلام. Que les tuteurs des enfants veillent à emprunter cette voie avec eux.

Enfin, sachez qu’Allah vous a ordonné de prier sur Son Prophète et de le saluer …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s