« Ceci est la bonne nouvelle anticipée du croyant. »

1238051_599802660071463_696256036_n

Mouslim a rapporté (2642) selon Aboû Dharr رضي الله عنه qui a dit : « On a dit au Prophète صلى عليه و سلم : « Que penses-tu d’un homme qui accomplit des oeuvres de bien et qui lui vaut l’éloge des gens ? » Il répondit : « Ceci est la bonne nouvelle anticipée du croyant. »

 


Louange à Allah.

L’anticipation de la bonne nouvelle du croyant réside dans le fait qu’il accomplit une oeuvre vertueuse en ne la vouant exclusivement qu’à Allah, n’espérant que Son Visage, puis que des personnes l’apprennent ou le voit, se mettent à lui faire des éloges provoquant chez lui de la joie et [l’espoir que ce soit] l’annonce d’une bonne nouvelle.
Ceci est l’anticipation de la bonne nouvelle du croyant.

Elle a différentes formes, parmi elles :

  • La vision vertueuse qu’a le croyant lors de son sommeil, ou bien qu’une autre personne la voit pour lui.
  • Le fait qu’entre dans le coeur des gens de l’amour et de l’agrément à son égard.
  • Le fait qu’il ressente en son âme un repos et un épanouissement lors de l’accomplissement d’une oeuvre vertueuse.

Ainsi, cela, et tout ce qui y ressemble, sont des preuves de l’amour qu’Allah lui porte et de l’acceptation de son oeuvre. Allah lui octroie cette bonne nouvelle dans cette vie d’ici-bas par ces éloges-là, ce consentement et cet agrément qu’ont les gens pour lui. Et Il lui accordera dans l’Au-Delà une récompense abondante.

Al-Boukhârî a rapporté (3209) ainsi que Mouslim (2637) selon Aboû Hourayrah رضي الله عنه que le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit : « Si Allah aime un serviteur Il appelle Jibrîl et lui dit : « Certes Allah aime untel, aime-le donc ! » Ainsi Jibrîl l’aime et il appelle les gens des cieux : « Certes Allah aime untel, aimez-le donc ! » Ainsi les gens des cieux l’aiment. Puis il lui est accordé sur Terre l’acceptation et le consentement. »

At-Tirmidhî rapporta également ce hadîth (3161) en ajoutant : « Et cela correspond à la parole d’Allah : {À ceux qui croient et font de bonnes œuvres, le Tout Miséricordieux accordera Son amour.} [Sourate 19, Verset 96]

An-Nawawî رحمه الله a dit : « La signification de sa parole (Puis il lui est accordé sur Terre l’acceptation et le consentement.) est : Il lui est accordé l’amour dans les coeurs des gens et leur agrément, ainsi les coeurs pencheront vers lui et l’agréeront. Et il est venu dans une autre version (Puis il lui est accordé l’amour). » Fin de citation.

Ibn Kathîr رحمه الله a dit : « Le Très-Haut nous informe qu’Il fait germer dans les coeurs de Ses serviteurs vertueux l’amour des serviteurs croyants qui accomplissent de bonnes oeuvres. Et cela est un commandement qui doit immanquablement se passer, il est inévitable. » Fin de citation. [Tafsîr Ibn Kathîr 267/5, Fath Al-Qadîr (504/3)]

Mouslim a rapporté (2642) selon Aboû Dharr رضي الله عنه qui a dit : « On a dit au Prophète صلى عليه و سلم : « Que penses-tu d’un homme qui accomplit des oeuvres de bien et qui lui vaut l’éloge des gens ? » Il répondit : « Ceci est la bonne nouvelle anticipée du croyant. »

An-Nawawî رحمه الله a dit : « Les Savants ont dit que la signification de cette bonne nouvelle qui lui est hâté, dû au bien qu’il a accompli, est une preuve de l’agrément d’Allah le Très-Haut à son égard et Son amour. C’est pourquoi Il le fait aimé à la création comme cela fut évoqué précédemment dans le hadîth, puis il lui est accordé sur Terre l’acceptation et le consentement. Et tout cela se concrétise si les gens le louent sans qu’il n’ait voulu s’exposer à leurs éloges ; alors que s’il les recherchait cela aurait été condamnable et mauvais. »

Ibn Al-Jawzî رحمه الله a dit : « Et la signification de cela est que si Allah accepte l’oeuvre (de la personne) Il place alors dans les coeurs l’acceptation et l’éloge des gens à son égard. Ainsi, ce qu’Il a placé dans les coeurs est une bonne annonce pour cette personne. Tout comme le fait qu’Allah, lorsqu’Il aime un serviteur, Il le fait aimer à Sa créature qui sont les témoins d’Allah sur Terre » Fin de citation [Kachf Al-Mouchkil, p.245]

As-Souyoûtî رحمه الله a dit : « C’est-à-dire que cette bonne nouvelle anticipée est une preuve de la bonne nouvelle qui est, quant à elle, retardée jusqu’à l’Au-delà. » Fin de citation [Charh As-Souyoûtî ‘alâ Mouslim, 556/5]

Ibn Al-‘Outhaymîn رحمه الله fut questionné : « Quelle est la signification du hadîth (Ceci est la bonne nouvelle anticipée du croyant.) ? »

Il a répondu رحمه الله : « La bonne nouvelle annoncée dans cette vie d’ici-bas au croyant accomplissant de vertueuses oeuvres prend différentes formes :

Premièrement : Si Allah lui ouvre sa poitrine par l’accomplissement de bonnes oeuvres, puis qu’il y trouve en cela de la quiétude et réjouissance, cela est une preuve qu’Allah le Très Haut l’a inscrit parmi les bienheureux, et cela est dû à Sa parole : {Celui qui donne et craint (Allah), et déclare véridique la plus belle récompense, Nous lui faciliterons la voie au plus grand bonheur.} [Sourate 92, Verset 5-7]
Donc parmi la bonne nouvelle annoncée au croyant le fait qu’il trouve en lui-même un repos, un agrément et une quiétude lorsqu’il accomplit des oeuvres vertueuses, et c’est pour cela que la prière était la prunelle des yeux du Messager d’Allah صلى الله عليه و على آله و سلم.

Parmi la bonne nouvelle du croyant le fait que les gens le louent en bien, ce qui est une attestation de leur part indiquant qu’il se trouve parmi les gens de bien.

Également, le fait que des personnes le voient dans de belles visions dans leur sommeil » Fin de citation [Fatâwa Nour ‘alâ Ad-Darb 46-45/111]

Et il dit également رحمه الله : « Et cela ne fait pas partie de l’ostentation que se réjouisse la personne lorsque les gens ont eu connaissance de son adoration, parce que cela s’est manifesté après l’accomplissement complète de celle-ci. Également, ne fait pas partie de l’ostentation la joie que procure un acte d’obéissance, car elle est une preuve de la foi. Le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit : « Celui dont la bonne action le rend heureux et la mauvaise action le met mal, c’est lui le (véritable) croyant. » Fin de citation [Majmoû’ Al-Fatâwa wa rasâil Ibn Al-‘Outhaymîn 207/2]

Al-Boukhârî a rapporté (6990) selon Aboû Hourayrah رضي الله عنه qui a dit : « J »ai entendu le Messager d’Allah صلى الله عليه و سلم dire : « Il ne reste plus rien de la prophétie sauf les bonnes annonces (Al-Moubachchirât). » Ils demandèrent : « Et que sont les bonnes annonces? » Il répondit : « Les visions vertueuses (ou rêves véridiques) lors du sommeil. »

At-Tirmidhî a rapporté (2273), et rendu le hadîth hasan, selon Aboû Ad-Dardâ qui rapporta la parole du Prophète صلى الله عليه و سلم concernant la parole d’Allah le Très-Haut {Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas (…)} [Sourate 10, Versets 64] : « Elle est la vision vertueuse que voit le musulman ou qu’une autre personne voit pour lui. » [Rendu Sahîh par Al-Albânî dans « Sahîh At-Tirmidhî »]

As-Sa’dî a dit رحمه الله : « Quant à la bonne nouvelle dans la vie d’ici-bas elle correspond à la bonne éloge, l’amour placé dans le coeur des croyants, la vision vertueuse, et tout ce que voit le serviteur comme mansuétude provenant d’Allah à son égard, comme facilité dans l’accomplissement de bonnes oeuvres, dans l’acquisition de nobles comportements et le délaissement des mauvais caractères. » Fin de citation [Tafsîr As-Sa’dî, p.368]

Mais quant à ce qui est offert ou donné à une personne suite à un bien qu’elle a accomplit ou qu’elle a enseigné, comme le fait qu’on lui offre un cadeau, lui facilite un échange (ou une transaction) ou l’accomplissement d’un besoin… On ne dit pas que cela fait partie de la bonne nouvelle anticipé du croyant, car cela reviendrait à changer le sens de ce que nous avons vu précédemment.
Cette chose qui lui est donné peut-être à la fois louable comme pour celui qui soulage un musulman, Allah le soulage donc à Son tour ; ou celui qui a été récompensé pour un bien qu’il a enseigné sans avoir attendu quelque chose en retour…
Mais elle peut-être également condamnable comme le fait d’offrir un cadeau aux travailleurs* (fonctionnaires) car elles font partie des pots-de-vin, de même pour les pourboires ou les rétributions qui sont donnés sans droit.

Ainsi, nous constatons que ce qui lui a été donné peut soit ne lui causer aucun tort et ne rien diminuer de la récompense de ce qu’il a fait, car il l’a accompli sincèrement pour Allah et n’a pas recherché les éloges des gens et leurs faveurs ; soit lui causer du tort et diminuer la récompense de ce qu’il a accompli.

L’imâm Ahmad a rapporté (17477) selon Khâlid Ibn ‘Adiyyin Al-Jouhanî رضي الله عنه qui a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah صلى الله عليه و سلم dire : « Celui à qui parviendra un cadeau (ou un don) d’un de ses frères sans que cela ne soit dû à une quelconque affaire ou à une convoitise, qu’il l’accepte et ne la rejette aucunement ; car il est une subsistance qu’Allah عز و جل a mené jusqu’à lui. » [Al-Albânî l’a rendu Sahîh dans « AsSahîhah » (1005), et il se trouve aussi dans « AsSahihayn » selon le hadîth de ‘Oumar رضي الله عنه]

Mouslim a rapporté (1906) selon ‘AbouLlah Ibn ‘Amr qui a dit : « Le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit : « Toute expédition militaire ou escadron qui, après avoir combattu, revient sain et sauf avec du butin a déjà reçu les deux tiers de sa récompense. Et toute expédition militaire ou escadron qui échoue dans son expédition et revient avec des victimes obtient pleine récompense (dans l’Au-Delà). »

An-Nawawî رحمه الله a dit : « Le butin correspond à une partie de la récompense de l’expédition. Donc s’ils obtiennent le butin ils auront ainsi déjà reçu les deux tiers de leur récompense liée à cette expédition, et cela est en accord avec les ahâdîth authentique (AsSahîhah) venant des compagnons tel que la parole : « Parmi nous il y a des personnes qui sont mortes et qui n’ont rien mangé de leur récompense, et, il y a parmi nous ceux qui ont pu en récolter les fruits. » Fin de citation

Housayn Al-Ja’fî رحمه الله a dit : « Un jour Hamza – célèbre fabricant d’huile et enseignant du Noble Coran – avait probablement soif, mais il ne demandait pas à boire car il n’aimait pas qu’un de ses étudiants soit présent à ce moment là (et lui en apporte). »
Et Jarîr Ibn ‘Abd Houmayd évoqua qu’une fois Hamza passa devant lui demandant de l’eau. Il (Jarîr) dit : « Je lui en ai donc apporté mais il en a pas bu à cause du fait que j’assistais à ses cours de lecture (du Coran). »  [Târîkh Al-Islâm 385/9]

Quant à la bonne nouvelle anticipée du croyant : C’est une chose qui est lancée dans les cœurs des gens sans possibilité de la repousser tel que les belles éloges, l’agrément et l’acceptation des gens.

Et Allah le Très-Haut est plus savant.

« travailleurs » veut dire : Tous ceux qui ont une fonction parmi les fonctions des musulmans, et ceci comprend le gouverneur, ses représentants et ses employés, quelles que soient leurs responsabilité, la différence de leurs rangs et de leurs degrés. (Cette note est un ajout du traducteur, source : extrait de la Khoutbah de Chaykh Housayn ‘Alî Ach-Chaykh, salafidunord.com)

Source : http://www.islamqa.info, fatwa n°145731, traduit par Le Cœur des Croyants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s