Le cancer

La plus dure des maladies est de ne pas la connaître  ; plus dur encore le fait d’ignorer que tu es malade  ; et encore plus dur le fait que tu refuses d’écouter la recommandation du médecin. Ces trois choses-là se réunissent dans les maladies du cœur.

La maladie du cœur est cachée et celui qui en est touché peut l’ignorer, voilà pourquoi il la néglige. Ces maladies sont le cancer de l’âme. Leur gravité est telle qu’elle est semblable à une maladie sournoise qui se faufile vers toi sans que tu ne la sentes. Là, il n’y a pas de température qui augmente, ni de tension qui grimpe, ni d’hémorragie douloureuse ou encore de blessure alarmante ; c’est pourquoi la médecine (traditionnelle), ici, n’est pas profitable.

Ibn Al-Qayyim رحمه الله a dit  : « Le cœur d’un individu peut tomber malade et son état peut s’aggraver sans qu’il ne le sache. Cela est dû à la préoccupation qu’il a de ce bas-monde et qu’il ne cherche pas à connaître l’état de son cœur et les causes permettant d’atteindre sa salubrité. 
Pire encore, son cœur peut mourir sans qu’il ne le ressente. Et la preuve est que ni les effets des péchés, ni l’ignorance qu’il a du Livre et de la Sounnah ne le blesseront et lui causeront du tord [physiquement]. 

Donc, s’il y a de la vie en son cœur, il ressentira de la douleur face à un péché ou à son ignorance de la vérité. Et l’intensité de cette souffrance est en fonction de la vie qui s’y trouve.

Et le mort ne ressent pas la souffrance de la blessure»

Ce qui rend la maladie du cœur bien plus dangereuse que celle du corps est que son châtiment est éternel après la mort et ne cessera jamais, contrairement à la maladie du corps qui, elle, s’achève avec la mort. Et c’est aussi cela qui rend l’intérêt accordé aux maladies du cœur indispensable et qu’il est prioritaire de se hâter à les guérir.

Assurément, toutes maladies qui touchent le corps de l’homme dans cette vie d’ici-bas seront pour lui une récompense. Mais si une maladie [parmi celles du cœur] touche ce dernier, alors celle-ci n’est que péché et perdition dans cette vie d’ici-bas et après la mort. C’est comme si tu pénétrais le champ de bataille et que l’ennemi face à toi te tuait et te ôtait la vie, tu serais mort martyr. Mais si c’est ton ennemi intérieur qui avait pris le dessus sur toi par ses ambiguïtés et ses passions tu serais alors mort banni [de la miséricorde d’Allah].

Et il y a une grande différence auprès d’Allah entre un martyr et un banni, une très grande différence…

Source original : http://www.kalemtayeb.com/ (Traduction par Le Cœur des Croyants)

Lire la suite

Il est la cible commune

Assurément, le diable (Ach-Chaytân) comprit le rôle du cœur et son importance ; ainsi, il ne perd pas son temps dans de futiles batailles ou de marginales échauffourées, mais il focalise constamment toute son énergie pour un but unique.

Ibn Al-Qayyim رحمه الله a dit : « Et lorsque l’ennemi d’Allah, Iblîs, su que tout tourne autour du cœur c’est alors qu’il vint à lui par le biais des insufflations et des passions, en lui enjolivant les paroles et les actes qui le détourneront du droit chemin, et en lui facilitant l’accès à des égarements qui l’empêcheront d’accéder à la réussite. Il plaça des pièges et des leurres à son encontre et même si le cœur ne s’y prend pas il ne pourra échapper à certains dommages. »

Le cœur est donc l’objectif qui est commun entre le Roi سبحانه وتعالى et le diable, tous deux le visent[1]. Il est la zone du conflit, le champ de bataille et la zone de tension ; et résultera de ce combat soit la guidée du cœur et sa vie, soit sa dureté, sa mort et sa perdition.

Qu’il est donc étonnant celui qui prend le conseil de l’ennemi rejetant ainsi la recommandation du bien-aimé صلى الله عليه وسلم, qui achète l’amitié du diable contre l’inimitié des anges, et qui déclare la guerre à ce qui lui reste de sa foi en coopérant avec son pire ennemi !

Et c’est de cet étonnement-là qu’Ibn Al-Jawzî رحمه الله  exprime dans sa parole : « Comment peux-tu être apaisé en soutenant la partie de l’âme contre celle du cœur, alors que cette dernière est croyante et celle de l’âme mécréante ?! »[2]

Le cœur diffère des membres :

Il se peut que l’on objecte : « Mais les membres sont également visés par les anges et les démons (Ach-Chayâtîn), alors quelle différence peut-il y avoir entre eux et le cœur ? »

[Pour y répondre], je citerai la parole d’Aboû Hâmid Al-Ghazâlî رحمه الله qui a expliqué cette différence indéniable qu’il y a entre eux :

« Ce qui touchent le cœur est bien plus nombreux [que ce qui touche les membres].
Car les pensées [qui le heurtent] sont telles des flèches qui ne cessent d’atteindre leur cible, et ce, à l’image d’une pluie se déversant continuellement sur lui nuit et jour. Tu n’es pas en mesure d’empêcher cela.
Ainsi, le cœur n’est pas du même rang que l’œil : car les paupières de l’œil se referment, il peut se reposer ; ou bien il se trouve dans un endroit désert ou une nuit obscure, là non plus il ne sera pas sollicité.
Et il n’est pas non plus du même rang que la langue située derrière deux voiles : les dents et les lèvres ; tu es en mesure de l’empêcher [de s’agiter] et de la contenir.
Mais pas pour le cœur ! Il est la cible de toutes pensées, tu ne peux les refouler et elles ne cessent de te toucher en tout temps et à tout moment. »

[1] Allah dit : {De Ses serviteurs cependant, Il n’agrée pas la mécréance} [Az-Zoumar, v.7] Ainsi, Il veut que le cœur de Ses serviteurs soit pénétré par la foi, et ce, à l’inverse du diable qui ne souhaite que l’égarer  (Note du traducteur)

[2] Ce qui est voulu par sa parole : « Comment peux-tu être apaisé alors que tu soutiens le diable contre ton cœur et laisses ton âme suivre les passions qu’il (le diable) lui insuffle pénétrant ainsi ton cœur qui est une citadelle dans laquelle loge la foi et la connaissance d’Allah. » (Note du traducteur)

Source originale : http://www.kalemtayeb.com/ (Traduction : Le Cœur des Croyants)

Lire la suite

Ne crois pas être meilleur qu’autrui

images (2)

Ibn ‘Oumar رضي الله عنهما résuma la piété (Taqwâ) en une immense parole qui est celle-ci : On demanda à Ibn ‘Oumar : « Qu’est-ce que la piété? » Il répondit : « Ne crois pas être meilleur qu’autrui. »

La perdition atteint la personne lorsqu’elle pense être meilleur qu’une autre.

Il a été évoqué au Prophète صلى الله عليه و سلم un homme par sa prière, son jeûne, sa ferveur religieuse, mais il صلى الله عليه و سلم ne le reconnu pas par ces descriptions là. Et alors qu’il était avec ses compagnons un homme entra dans la mosquée. On lui dit : « Ô Messager d’Allah, c’est cet homme là! » Le Prophète صلى الله عليه و سلم dit alors : « Par Allah, il y a certes sur son visage une noirceur provenant de Satan, » Puis le Prophète alla le voir et lui demanda : « Je te demande en Allah, ne t’ais tu pas dis lorsque tu es entré dans la mosquée que tu es meilleur que ceux qui s’y trouvent? » Il répondit : « Oui » […] 

Voici ce qu’est la perdition, le fait que l’homme pense que la piété est en lui et l’égarement chez l’autre. Lorsqu’il entre à la mosquée – Qu’Allah nous préserve de ce genre de pensée que ce soit au niveau de l’oeuvre ou de la croyance – il se croit meilleur que ceux qui s’y trouvent. Qu’il soit dans un rassemblement, un voyage ou dans une maison il se vante jusqu’à croire qu’il est meilleur que tous ceux qui l’entourent.

On dira à l’ami intime d’Allah (Abraham) le Jour de la Résurrection : « N’es-tu pas l’ami intime d’Allah? » et à cela il répondra عليه السلام : « Je n’étais l’ami intime d’Allah que de loin… » Il veut s’humilier et rabaisser la véritable valeur qu’il a. Voilà ce qu’il était réellement, Allah dit à son sujet : {Abraham était un guide (Oummah) parfait. […]} [Sourate 16, Verset 120]

Alors que si l’homme se connaissait lui-même, connaissait sa faiblesse, il aurait alors une bonne opinion des rapprochés d’Allah et de ceux qui L’adore. Là tu vois ton frère mais tu ne connais pas le nombre d’oeuvre qu’il a auprès d’Allah. Tu n’as pas un regard sur toutes les œuvres que fait ton frère et tu ne sais pas ce qui l’en est quant à l’acceptation de celles-ci.

Donc il convient que l’homme s’humilie comme l’a dit Ibn ‘Oumar رضي الله عنهما: « Ne crois pas être meilleur qu’autrui ».

Source : Chaykh Sâlih Al-Maghâmsy, traduit par Le Cœur des Croyants