{Que vous boirez comme des chameaux assoiffés} – [Exégèse et méditations]

{Puis, vous, les égarés} qui vous êtes égarés du chemin de la guidée, et qui suivez le chemin de la perdition, et {qui ne cessiez de crier au mensonge} concernant le Messager d’Allah et tout ce avec quoi il vint comme vérité, comme annonce et avertissement.

{Vous mangerez d’un arbre [nommé] Zaqqoûm} qui est le plus abominable et le plus abjecte des arbres, à l’odeur la plus nauséabonde et dont l’apparence est des plus répugnante.

{Et vous vous en remplirez le ventre}, et ce qui vous obligera d’en manger, malgré toute l’abomination de cet arbre, c’est la faim extrême qui embrasera vos ventres à vous en faire presque mourir. C’est cette nourriture que la faim les poussera à consommer, une nourriture qui d’ailleurs ne nourrit pas, ni ne calme la faim.

Quant à leur boisson ? Et quelle mauvaise boisson qu’est la leur !

Avec cette nourriture ils boiront une eau extrêmement bouillante, elle sera en ébullition dans leurs entrailles. Ils en boiront à l’instar d’un dromadaire assoiffé qui boirait de l’eau.

Il est dit aussi que le terme Al-Hîm désigne une maladie qui touche le dromadaire provoquant en lui une envie constante de boire.

{Tel sera} c.à.d. cette nourriture et cette boisson {leur repas d’accueil au Jour de la Rétribution}. Car ce repas d’accueil c’est eux-mêmes qui se le sont servis en le préférant à celui réservé aux alliés d’Allah. Allah le Très Haut a dit : {Ceux qui auront cru et œuvré de bonnes œuvres auront comme lieu d’accueil des Jardins du Haut-Paradis en y demeurant éternellement, et sans désirer une quelconque autre chose}

 

Extrait du Tafsîr As-Sa’dî رحمه الله traduit par le Cœur des Croyants

 

Chers frères et sœurs, après avoir entendu et pris connaissance du sens rapproché de ces versets, observons maintenant la manière dont les dromadaires boivent pour que l’on puisse mieux se représenter l’image qu’Allah expose dans ce verset : {Que vous boirez comme des chameaux assoiffés}, et que l’on médite sur la situation des gens de l’Enfer.

 

 

Mon frère, ma sœur, as-tu observé la manière dont ils boivent ?

Maintenant médite la manière dont les gens du Feu boiront cette eau extrêmement bouillante.

Ils seront bien plus assoiffés que ces dromadaires et plus affamés que quiconque, car malgré l’aspect hideux de cet arbre, et la chaleur intense que dégage cette eau, ils se jetteront dessus en espérant ainsi couper leur faim et étancher leur soif mais sans jamais y parvenir.

Médite encore une fois sur leur façon de boire ! N’as-tu pas remarqué qu’ils ne relèvent presque jamais leur tête ? As-tu déjà bu une bouteille d’eau d’un litre et demi en entière sans t’arrêter ?

Maintenant médite la situation des gens du Feu lorsqu’ils verront cette eau brûlante, ils la boiront car ils auront très soif, mais vont-ils boire de celle-ci que ce qui leur est nécessaire ? Ou vont-ils la boire tel un chameau assoiffé ?

Et le châtiment de l’Au-delà est bien pire, si seulement ils savaient.

Imagine-toi une nouvelle fois la scène ! Elle doit à elle seule te pousser à revenir à Allah سبحانه وتعالى et à espérer Sa miséricorde :

 

Car sache que cette vie mondaine n’est qu’un test, un lieu de passage.

Prends garde à ne pas trébucher et que rien ne gâche ton voyage.

 

Tu es là car Celui qui nous a créés, et qui perfectionna Sa création,

Ne nous a créés que pour une chose sublime, Son adoration.

 

Ne te laisse pas duper par les tromperies du Chaytan,

Car il n’a pour les pieux aucun état d’âme.

 

Prends garde à ne pas tomber dans les passions, qui tôt ou tard te nuiront.

Et ne glisse pas sur la vague des ambiguïtés, car sans science elles te noieront.

 

Sois donc certain mon frère, et toi aussi ma sœur,

Que tôt ou tard, sonnera l’avènement de l’Heure.

 

Alors œuvrons tous dès maintenant avant qu’il ne soit trop tard,

Car la mort est sans retour et après, c’est Nakir et Mounkar.

 

Celui qui aura œuvré toute sa vie uniquement pour Allah,

N’ayant jamais convoité les parures, de cette vie d’ici-bas,

 

C’est alors avec Son nom sublime, celui du Tout Miséricordieux,

Qu’Il te fera entrer dans le Paradis, où se trouvent des fruits délicieux.

 

Quant à toi qui t’enorgueillis et Lui désobéis nuit et jour,

Ne sais-tu pas que La Géhenne, est le pire lieu de séjour ?

 

Ouvre donc le Livre d’Allah, lis et médite Ses versets

Qui évoquent ce lieu d’effroi, à nous en faire frissonner.

 

Ne pense pas que ce Jour, n’est qu’une histoire ancienne,

Mais bien un Jour imminent, bâtit sur des preuves claires et certaines.

 

Sache que la marchandise d’Allah est extrêmement chère,

Et qu’elle ne se gagne pas les bras croisés, assis à ne rien faire.

 

Mais ce n’est qu’avec les œuvres et une ferme détermination,

Que l’on pourra tous espérer arriver à destination.

 

Sois avec Allah ô mon frère, ma sœur et uniquement avec Lui,

Avec Celui qui se passe de toute chose alors que toute chose a besoin de Lui.

 

Ô Allah préserve-nous de l’Enfer car le châtiment y est si douloureux,

Que nul ne peut nous en préserver si ce n’est Toi, Le Tout miséricordieux.

 

Accorde-nous Ton pardon, Toi qui est si bienveillant, doux et magnanime.

Accorde-nous la joie de pleurer et d’œuvrer pour Toi qui est Sublime.

 

Ô Allah ne tiens pas compte de nos manquements et de nos erreurs passées,

Car nous sommes tous des êtres faibles qui ont besoin d’être pardonnés.

 

Écrit par le Cœur des Croyants

{Ô Mes serviteurs qui avez cru ! Ma terre est bien vaste, n’adorez donc que Moi !} – Chaykh ‘Abd Ar-Rahmân Al-Barrâk

{Ô Mes serviteurs qui avez cru ! Ma terre est bien vaste, n’adorez donc que Moi ! Toute âme goûtera la mort. Ensuite, c’est vers Nous que vous serez ramenés. Et quant à ceux qui croient et accomplissent des œuvres pieuses, Nous les installerons dans les demeures élevées du Paradis sous lesquelles coulent des rivières où ils demeureront éternellement. Combien est belle la récompense de ceux qui œuvrent [pour Allah], qui endurent, et placent leur confiance en leur Seigneur ! Que de créatures ne peuvent transporter leur propre nourriture ! C’est Allah qui pourvoit à leur subsistance, ainsi qu’à la vôtre. Et c’est Lui l’Audient, l’Omniscient.} [S.29, v.56 à 60]

Louange à Allah.

Allah appelle ses serviteurs croyants qui sont en terre de polythéisme et de mécréance à l’émigration (Al-Hijrah) et à quitter la terre des ennemis d’Allah. Car rester auprès d’eux représente un énorme danger, ils s’exposent au délaissement de leur religion. Car les mécréants ne les lâcheront pas. Ils ne cesseront de les détourner de celle-ci et de les appeler à leur fausse religion.

Et Allah s’adresse à ces croyants à travers l’attribut de la servitude : {Ô Mes serviteurs} Il y a en cela, et Allah est plus savant, comme une stimulation pour les bonnes âmes afin qu’elles répondent [à l’appel]. {Ô Mes serviteurs qui avez cru} Allah s’est adressé à eux par l’attribut de la foi et celui de la servitude spécifique [au croyant]. {Ô Mes serviteurs qui avez cru, Ma terre est bien vaste} C.à.d. sortez et émigrez vers la vaste terre d’Allah !

{Et quiconque émigre dans le sentier d’Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance de bien.} [S.4, v.100]

Et si la personne se trouve dans une terre où il ne peut pas afficher sa religion, il lui est alors obligatoire d’émigrer. Si sa présence dans cette terre le mène à se conformer à la religion des mécréants, il est alors menacé par le châtiment d’Allah :

{Lorsque les Anges prirent l’âme de ceux qui se sont fait du tort à eux-mêmes [en délaissant l’émigration], ils leur demandèrent : « Où en étiez-vous [à propos de votre religion] ? – « Nous étions opprimés sur terre. », répondirent-ils. Alors les Anges diront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? » Ceux-là auront pour destination la Géhenne, et quelle mauvaise destination ! À l’exception des faibles parmi les hommes, les femmes et les enfants qui en sont incapables et n’y trouvent aucune voie.} [S.4, v.97-98]

Ceux qui résident chez les mécréants et qui se conforment à leur religion en prétextant qu’ils sont impuissants et disent : {« Nous étions opprimés sur terre. »} Ceux-là n’ont en réalité aucune excuse car ils ont les capacités d’émigrer.

Ceux qu’Allah a excusés sont les faibles {parmi les hommes, les femmes et les enfants qui en sont incapables et n’y trouvent aucune voie.}

Donc les propos de ceux qui ont répondu aux Anges quand ces derniers leur demandèrent : {« Où en étiez-vous [à propos de votre religion] ? – « Nous étions opprimés sur terre. », répondirent-ils.} sont des mensonges. Ils n’étaient pas faibles, mais bel et bien capables de quitter [cette terre] et d’émigrer.

Puis Allah dit : {Toute âme goûtera la mort.}

C.à.d. que parmi les obstacles à l’émigration il y a la peur de mourir. Allah dit que {Toute âme goûtera la mort.} La mort touche le résident comme le voyageur. {Tout âme goûtera la mort. Ensuite, c’est vers Nous que vous serez ramenés.}

Également parmi ces obstacles le fait de quitter son pays, sa patrie et son lieu de résidence. A ceux-là, Allah leur rappelle qu’Il a préparé pour les croyants véridiques un lieu de résidence bien plus grandiose encore dans les délices du Paradis : {Et quant à ceux qui croient et accomplissent des œuvres pieuses, Nous les installerons dans les demeures élevées du Paradis sous lesquelles coulent des rivières où ils demeureront éternellement. Combien est belle la récompense de ceux qui œuvrent [pour Allah]}

Parmi ces obstacles, la peur de voir la subsistance se rétrécir et avoir peu de moyens pour vivre. Allah met fin à cette pensée et à cette réflexion en disant : {Que de créatures ne peuvent transporter leur propre nourriture ! C’est Allah qui pourvoit à leur subsistance, ainsi qu’à la vôtre. Et c’est Lui l’Audient, l’Omniscient.}

Source : Chaykh ‘Abd Ar-Rahmân Al-Barrâk حفظه الله (Traduction et montage par Le Cœur des Croyants)

{Que mon chagrin est grand pour Yoûssouf !} Récitation et tafsîr

 

{Ya’qoûb leur dit : « Ce sont plutôt vos âmes qui vous ont inspiré [d’entreprendre] quelque chose. Il me faut faire preuve d’une belle patience. Il se peut qu’Allah me les ramène tous. Car c’est Lui l’Omniscient, Le Sage. »}

Tafsîr :

Lorsque les frères de Yoûssouf revinrent auprès de leur père et qu’ils l’informèrent de la nouvelle [concernant Benyâmîn], c’est alors que son chagrin s’intensifia et sa peine ne fit que grandir. Il les accusa une nouvelle fois, comme il le fit pour la disparition de Yoûssouf en disant : {Ce sont plutôt vos âmes qui vous ont inspiré [d’entreprendre] quelque chose. Il me faut faire preuve d’une belle patience.}

Ya’qoûb se réfugia donc dans la belle patience, celle qui n’est accompagnée d’aucune colère, d’aucune amertume et d’aucune plainte auprès de la créature. Mais quand il vit que la situation empira et que sa détresse devint sévère, il chercha alors l’issue en disant : {Il se peut qu’Allah me les ramène tous.} C’est-à-dire Yoûssouf, Benyâmîn et leur grand frère qui est resté en Égypte.

{Car c’est Lui l’Omniscient,} qui connaît mon état, qui connaît mon besoin d’être soulagé, mon besoin d’obtenir Ses faveurs, et qui connaît mon besoin désespéré de Sa bonté à mon égard.

Et c’est Lui {Le Sage} qui plaça pour toute chose une juste mesure et un terme fixé selon Sa Sagesse divine.

 

{Puis il se détourna d’eux et s’écria : « Que mon chagrin est grand pour Yoûssouf ! » De tristesse, il perdit la vue. Et il était accablé.}

Tafsîr :

Ya’qoûb عليه السلام se détourna de ses enfants après qu’ils l’eurent informé de la nouvelle. Son chagrin et sa blessure s’intensifièrent, et ses yeux devinrent blancs à cause de la tristesse et de la souffrance que renfermait son cœur et qui provoquèrent ces nombreux pleurs.

{Et il était accablé.} Le cœur rempli d’une tristesse intense et il s’écria : {« Que mon chagrin est grand pour Yoûssouf ! »} L’ancienne affliction [celle de la perte de Yoûssouf] et le manque permanent [qu’il ressentait] et qu’il avait enfoui au fond de lui resurgirent à nouveau. Cette nouvelle calamité, plus légère que la première, lui rappela la disparition de Yoûssouf.

 

{[Ses fils lui] dirent : « Par Allah ! Tu ne cesseras d’évoquer Yoûssouf jusqu’à en dépérir ou en mourir. »}

Tafsîr :

Ses fils, étonnés de son état s’exclamèrent : {« Par Allah ! Tu ne cesseras d’évoquer Yoûssouf} tu ne cesseras de l’évoquer à chaque moment {jusqu’à en dépérir} où tu n’auras plus de force et que tu seras incapable de parler {ou en mourir}. Tu n’arrêteras donc jamais de l’évoquer.

 

{Il leur répondit : « Je ne me plains de mon déchirement et de mon chagrin qu’auprès d’Allah, et je sais d’Allah ce que vous ne savez pas.}

Tafsîr :

Ya’qoûb leur répondit : {« Je ne me plains de mon déchirement} à travers mes mots {et de mon chagrin} qui se trouve dans mon cœur {qu’auprès d’Allah} Seul, non pas auprès de vous, ni de personne d’autre. Dites ce que vous voulez {et je sais d’Allah ce que vous ne savez pas.} Sur le fait qu’Il me les ramènera et qu’Il apaisera mes yeux en nous réunissant tous.

 

{Mes enfants ! Partez vous enquérir de Yoûssouf et de son frère. Et ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah, car seuls les mécréants désespèrent de la miséricorde d’Allah.} [S.12, v.83-87

Tafsîr :

Ya’qoûb عليه السلام dit à ses fils : {Mes enfants ! Partez vous enquérir de Yoûssouf et de son frère.} Veillez à cela et fournissez les efforts nécessaires pour les retrouver. {Et ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah} car l’espoir pousse le serviteur à œuvrer et à faire les efforts nécessaires pour atteindre ce qu’il espère. Tandis que le désespoir le pousse à l’engourdissement et la paresse. Quant à ce que les serviteurs doivent espérer en premier lieu c’est la grâce d’Allah, Sa bonté et Sa miséricorde {car seuls les mécréants désespèrent de la miséricorde d’Allah.} De par leur mécréance, ils pensent peu probable qu’Allah leur fasse miséricorde, et que Sa miséricorde se trouve loin d’eux. Ne soyez donc pas comme les mécréants.

Source : Traduit et monté par le Cœur des Croyants